Pourquoi poser la question de la coopération dans le système alimentaire ?

Aucun acteur ne peut apporter, seul, de réponse satisfaisante. D’où notre proposition d’explorer les conditions, les modalités de la coopération, au service de nouveaux projets… pour accéder à de nouvelles opportunités économiques dans une perspective de développement durable.

“Le système actuel, segmenté et concentré crée des tensions (organisationnelles, logistiques, relationnelles, économiques…) entre les acteurs. Cette organisation linéaire (par opposition à l’organisation en réseau), se retrouve à l’échelle locale comme à l’échelle planétaire et présente de nombreux points de vulnérabilité :

  • La segmentation fige les opérateurs dans un rôle déterminé, dilue les responsabilités et les capacités d’initiative.
  • Le développement des transactions basées sur les volumes polarise les acteurs sur les prix.
  • La concentration des flux de distribution favorise l’émergence d’opérateurs dominants en capacité de fixer des règles pour l’ensemble des intervenants.
  • L’étirement du système et les modes de vie urbains éloignent le consommateur du producteur et le coupe du contact avec la nature, favorisant la méconnaissance, l’incompréhension et la déresponsabilisation.” (Extrait de “Repères pour une alimentation durable en Nord-Pas de Calais”, Cerdd, 2014.)

Ce système organisé en silos qui n’interagissent pas entre eux ne peut s’adapter aux instabilités économiques et aux enjeux sociétaux.
Et si les enjeux d’alimentation durable étaient l’occasion de créer de nouvelles perspectives, de nouvelles opportunités et de nouvelles coopérations ? Et si le système était organisé de telle sorte qu’il soit en capacité d’évoluer et répondre de manière satisfaisante aux enjeux d’aujourd’hui ? L’évolution de chacun se construit aussi avec les autres ! Chaque intervenant du système alimentaire représente une partie de la solution pour cheminer vers un système alimentaire territorial durable. Il s’agit maintenant de construire des coopérations mieux adaptées, de s’interroger et de mieux estimer les contraintes et les effets positifs des
uns et des autres.

Trois témoignages nous inspirent pour opérer ce changement collectif auquel nous aspirons tous individuellement. Le décryptage et l’analyse de ces exemples, croisés avec le référentiel de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération, ont permis de constituer une grille de questionnements opérationnels pour vous aider à entrevoir des pistes de changement dans votre propre structure. Cette publication invite à la rencontre entre le monde économique et les collectivités locales. Le décloisonnement créera de nouvelles coopérations porteuses de solutions.

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [2.89 MB]


Dernière modification de cet article : 5 janvier 2021

Articles similaires
Financements de la Région pour des opérations de promotion des terroirs et de la gastronomie des territoires

L’ambition de la stratégie régionale de la Région en faveur de l’alimentation est de faire de la région Centre Val Lire la suite

Les politiques foncières et agricoles pour répondre aux besoins de la restauration collective

Penser une politique agricole en lien avec une alimentation locale de qualité pour les habitants d’une collectivité implique de contribuer Lire la suite

Développement économique territorial : comment les collectivités locales peuvent-elles favoriser des filières agricoles et durables ?

Développement économique territorial : comment les collectivités locales peuvent-elles favoriser des filières agricoles et durables ? La FNB, le GABNOR Lire la suite

Boîte à outils Systèmes alimentaires du Milieu SyAM

Ces dernières années de plus en plus de systèmes alimentaires hybrides apparaissent qui ne sont ni des circuits courts, ni Lire la suite

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin