Création de la notion de PAT par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (2014)

Prévus dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 (Art 39), les projets alimentaires territoriaux sont élaborés de manière concertée à l’initiative de l’ensemble des acteurs d’un territoire (collectivités, entreprises agricoles et agroalimentaires, artisans, citoyens etc.). Ils s’appuient sur un diagnostic partagé faisant un état des lieux de la production agricole locale et du besoin alimentaire exprimé au niveau d’un bassin de vie ou de consommation, aussi bien en termes de consommation individuelle que de restauration collective.

Viviane Valla, cheffe du bureau du pilotage de la politique de l’alimentation,  expose leurs enjeux économiques, sociaux, environnementaux et de santé ainsi que leur utilité dans le développement des territoires.

Quelques précisions sur le contenu du texte de loi :

  • article L°1 du III : « Les actions répondant aux objectifs du programme national pour l’alimentation et aux objectifs des plans régionaux de l’agriculture durable, définis à l’article L. 111-2-1 du présent code, peuvent prendre la forme de projets alimentaires territoriaux. Ces derniers visent à rapprocher les producteurs, les transformateurs, les distributeurs, les collectivités territoriales et les consommateurs et à développer l’agriculture sur les territoires et la qualité de l’alimentation. »
  • « Art. L. 111-2-2. – Les projets alimentaires territoriaux mentionnés au III de l’article L. 1 sont élaborés de manière concertée avec l’ensemble des acteurs d’un territoire et répondent à l’objectif de structuration de l’économie agricole et de mise en œuvre d’un système alimentaire territorial. Ils participent à la consolidation de filières territorialisées et au développement de la consommation de produits issus de circuits courts, en particulier relevant de la production biologique.
  • « A l’initiative de l’Etat et de ses établissements publics, des collectivités territoriales, des associations, des groupements d’intérêt économique et environnemental définis à l’article L. 315-1, des agriculteurs et d’autres acteurs du territoire, ils répondent aux objectifs définis dans le plan régional de l’agriculture durable et sont formalisés sous la forme d’un contrat entre les partenaires engagés.
  • « Ils s’appuient sur un diagnostic partagé de l’agriculture et de l’alimentation sur le territoire et la définition d’actions opérationnelles visant la réalisation du projet.
  • « Ils peuvent mobiliser des fonds publics et privés. Ils peuvent également générer leurs propres ressources. »
Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [620.75 KB]

 

Pour aller plus loin : Faire reconnaître un projet alimentaire territorial


Dernière modification de cet article : 4 mars 2021

Articles similaires
Comment faire reconnaître un PAT officiellement ?

La reconnaissance d'un projet alimentaire territorial au sens de la loi n°2014-1170 d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt du Lire la suite

Des exemples d’actions menées sur les territoires

Des territoires en action en région Centre Val de Loire En région CVL, de nombreuses institutions portent des projets alimentaires Lire la suite

Les critères régionaux PAT de la Région Centre Val de Loire

La notion de PAT est introduite par la loi d'Avenir de 2014 (https://www.pat-cvl.fr/collectivite/projet-alimentaire-territorial-pat/quest-ce-quun-pat/quest-ce-quun-projet-alimentaire-territorial/). Selon la Région Centre Val de Loire, Lire la suite

Historique des politiques alimentaires

Lors de la journée d'orientation des PAT de région Centre Val de Loire le 22 mars 2021, Frederic Wallet, chercheur Lire la suite

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin