La revue Quart Monde a publié une étude choc intitulée « Se nourrir quand on est pauvre ». Cette étude part précisément du ressentit et des analyses des personnes en situation de précarité qui ont participé à l’élaboration de l’étude.

Au delà de son rôle biologique, l’alimentation a aussi une fonction sociale forte qui permet de se construire une identité. Lorsque l’accès à l’alimentation devient complexe, les conséquences sur la vie des individus sont alors multiples : stress quotidien, isolement, culpabilité vis à vis des enfants, humiliation de dépendre des autres pour se nourrir, maladies chroniques…

Ce document détaille la complexité de l’alimentation et fait part de préconisation pour améliorer l’accès de tous à une alimentation choisie et de qualité.

 


Dernière modification de cet article : 6 avril 2020

Articles similaires
Favoriser l’émergence de jardins collectifs

Familiaux, partagés, pédagogiques ou d'insertion... Les collectivités soutiennent ou initient de plus en plus des projets de jardins collectifs, notamment Lire la suite

Soutenir les initiatives d’accessibilité sociale et géographique des produits bio et locaux

La mise en place de projets d'accessibilité sociale et géographique de produits biologiques via des circuits de proximité apparaît  comme Lire la suite

Un guide des traiteurs responsables pour organiser vos événements

En 2018, le réseau InPACT et Le Mouvement associatif Centre-Val de Loire, soucieux de promouvoir une agriculture et une alimentation Lire la suite

Diagnostiquer la précarité alimentaire à une échelle locale

Appréhender l'alimentation du seul point de vue biologique n'est pas suffisant pour diagnostiquer la précarité alimentaire. Cet article met en Lire la suite

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin