Voici les trois enseignements à tirer de la première année d’existence de l’Observatoire de la restauration collective bio et durable, mis en place par Un Plus Bio avec son partenaire Ecocert :

  • Un repas à 20 % de bio n’est pas plus cher qu’un repas conventionnel.
  • Plus de bio n’entraîne pas une dérive des budgets des collectivités.
  • L’augmentation du bio ne repose pas sur les importations.

Dernière modification de cet article : 12 novembre 2018

Articles similaires
Conception des menus et budget

Assurer le plaisir de tous au quotidien tout en préservant les écosystèmes, là est tout l’enjeu de l’élaboration des menus Read more

Pour une restauration collective responsable en gestion concédée

La majorité des entreprises françaises et des écoles primaires publiques font aujourd’hui appel à une entreprise de service de restauration Read more

De nombreux témoignages en France et en Europe

Rome approvisionne ses cantines scolaires en durable depuis 10 ans, Manger autrement à l'hôpital au Danemark. Témoignage d’un diététicienne « innover Read more

Un recueil d’expériences sur la restauration bio en ligne

La FNAB, en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture (MAAPRAT), l’Agence Bio, et l'Association des Maires de France (AMF) a Read more

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin