Tout comme les autres modes de production, la conversion à l’agroécologie demande de nombreux savoir-faire scientifiques dont les agriculteurs conventionnels ne disposent que très rarement. Changer de pratiques revient souvent à repenser l’ensemble de son exploitation, voire à « changer de métier » comme l’expriment certains agriculteurs qui se sont engagés dans cette voie.

Ces obstacles scientifiques et technologiques sont souvent un frein à la transition. Ils peuvent cependant être compensés et dépassés par certaines structures dont les actions ont été identifiées comme pertinentes pour la transition agroécologique des agriculteurs :

Ces structures peuvent notamment créer des liens avec d’autres associations parfois plus locales et plus ancrées sur les territoires afin de personnaliser les réponses à des besoins spécifiques. C’est notamment le cas de l’association L’atelier paysan, spécialisé dans les outils collaboratifs et auto-construits :

https://www.latelierpaysan.org/

 


Dernière modification de cet article : 8 avril 2019

Articles similaires
Pourquoi aller vers l’agroécologie ?

Présentée comme la "révolution du XXIème siècle", l'agroécologie concerne des pratiques agricoles qui permettent de repenser la relation de l'homme Lire la suite

Paroles d’agriculteurs en transition – CIVAM

Voici quelques retours d'expérience d'agriculteurs ayant entrepris un changement dans leurs pratiques :   Comment maîtriser les adventices avec moins Lire la suite

Groupe d’Intérêt Economique et Environnemental – GIEE

Changer ses pratiques agronomiques n'est pas chose aisée. Les GIEE permettent de franchir cette étape au sein d'un collectifs de Lire la suite

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin