La loi EGALIM fixe des exigences d’achats (produits bios et locaux), de lutte contre le gaspillage alimentaire, de réduction de l’utilisation de plastique, entre autre. Ces exigences diffèrent selon les types de restauration collective : scolaire, administrative, universitaire…

Cette publication du Conseil National de la Restauration Collective (CNRC) éclairci les modalités de mise en œuvre de la loi selon chaque exigence.

 


Dernière modification de cet article : 29 janvier 2020

Articles similaires
Des guides et cartes pour trouver des produits locaux proches de chez soi

Différents territoires de la région Centre Val de Loire ont effectué (et le font encore) un travail de recensement et Read more

Manger bio sans augmenter son budget : c’est possible

Le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation prévoit d’introduire au moins 20 % de bio dans la Read more

Quelles conséquences sur les pratiques de restauration collective ?

Issue des Etats Généraux de l'Alimentation de 2017, la Loi EGALIM (ou "loi pour l'équilibre des l'équilibre des relations commerciales Read more

LOCALIM : la boîte à outils des acheteurs publics de restauration collective

Face aux recommandations de la Loi Egalim, les acheteurs publics sont souvent pris en tenaille entre les préconisations règlementaires et Read more

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin