En fonction des modalités de participation que chaque collectivité décide d’imputer à l’organisation de son conseil de gouvernance, les consommateurs pourront s’y investir à titre individuel ou collectif.

Néanmoins, pour restreindre le nombre de participants, les collectivités privilégient souvent des groupes constitués pouvant représenter les intérêts d’un groupe. Les consommateurs sont donc incités à se constituer en association ou à ouvrir des groupes locaux de collectifs préexistants afin d’intégrer les conseils locaux alimentaires.

Par ailleurs, certains consommateurs décident de s’investir par d’autres voix qu’en tant que “mangeurs”, notamment en créant ou rejoignant des associations participant l’alimentation locale sur le territoire et s’inscrivant dans une logique de rapprochement producteurs-consommateurs.

On peut à ce titre évoquer la possibilité de créer ou de rejoindre une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) :
http://www.reseau-amap.org/amap-centre.htm
http://www.reseau-amap.org/creer-AMAP.php

 

Articles similaires
Qu’est ce qu’un conseil de gouvernance ?

L'introduction de la notion de Projets Alimentaires Territoriaux met en avant l'importance d'une gouvernance territoriale partagée comme outil de suivie Read more

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin