Selon la littérature sur les circuits courts, la relation directe entre consommateurs et producteurs enclenche un cercle vertueux de confiance partagée. Qu’advient-il lorsque la relation n’est plus directe mais médiée par un petit nombre d’intermédiaires dans des filières qui revendiquent une dimension locale ?
L’analyse de la mise en place de deux filières de la région Auvergne-Rhône-Alpes, soja local et steaks hachés, nous permet de saisir les processus socio-techniques fins d’écologisation des pratiques agricoles. La construction de ces filières locales, dans leur phase d’émergence, n’entraine pas d’écologisation des pratiques mais valorise des pratiques jugées plus écologiques. En l’absence des consommateurs dans la gouvernance de ces filières, les objets techniques mobilisés ou la gouvernance mise en place ont la capacité de réinterroger les pratiques des agriculteurs et invitent à placer la focale sur les apprentissages dans le temps long.


Dernière modification de cet article : 1 décembre 2021

Articles similaires
Mobiliser les compétences des collectivités pour accompagner les dynamiques de circuits courts

Les collectivités jouent un rôle clé pour stimuler et accompagner les dynamiques de circuits courts sur les territoires. Leur soutien Lire la suite

Quelques expériences de projets de circuits courts de proximité à dimension sociale

Ce document présente une variété de projets de circuits courts de proximité dans une dynamique d'économie sociale et solidaire et Lire la suite

Proposer le diagnostic de durabilité aux paysan.nes du territoire

Animé par le réseau CIVAM, le Diagnostic de durabilité est un outil qui permet d'analyser ses pratiques agricoles : "Visuel Lire la suite

Comprendre les enjeux de l’agriculture durable

Agriculture durable : une voie d'avenir Cette publication des CIVAM et du pôle InPACT National revient sur les nécessités de Lire la suite

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin